La Française des Jeux parie sur la solution Saas ServiceNow avec le soutien de Fruition Partners

Pour unifier la gestion de son infrastructure, des incidents et des changements via des processus Itil, la Française des Jeux a choisi la solution SaaS ServiceNow. Adoptée par les utilisateurs, la plateforme s’enrichit de nouveaux modules ou développements internes. Témoignage de deux ingénieurs maison très impliqués dans le projet.

Quatrième entreprise mondiale de loterie, la Française des Jeux a amassé 13 milliards d’euros de mises en 2014 auprès de 27 millions de joueurs dans ses 32 000 points de vente (et via son site Web fdj.fr). Elle a également redistribué 95% de ces mises, dont 8,5 milliards d’euros aux joueurs (211 grands gagnants à plus d’un million d’euros de gain, trois fois plus qu’en 2013), 3 milliards d’euros à la collectivité nationale et 651 millions d’euros aux commerces de proximité.
Le groupe emploie 1 700 personnes réparties entre ses établissements de Boulogne, Moussy-le-Vieux (Seine-et-Marne) et Vitrolles (Bouches-du-Rhône), dont environ 400 informaticiens majoritairement basés à Vitrolles.

Aussi bien pour gérer les points de vente (dont le Web) que pour le suivi des tickets et le paiement des gains, l’informatique reste le centre névralgique indispensable de l’entreprise. C’est pourquoi l’infrastructure du système d’information repose sur 3 datacenters redondés, deux à Vitrolles et le troisième à Marseille.

ServiceNow remplace ServiceLow

« Pour gérer l’infrastructure et les services, nous utilisions HP Service Manager, IBM Rational Change et plusieurs autres applications sur divers processus », rapporte Valérie Gallot, ingénieur méthodes et outils à la Française des Jeux. « En 2012, HP Service Manager arrivait en fin de support et nous nous sommes donc posé la question de la migration. Or, celle-ci s’avérait complexe et onéreuse dans cet environnement hétérogène. »

De plus, l’opération nécessite des experts pour chaque application et module différent, mais aussi pour les passerelles entre ces solutions. Sans parler des tâches réalisées via des tableurs Excel ou en discussion directe avec les responsables. « Nous recherchions donc un outil unique pour gérer tous les processus Itil répertoriés, et faciliter l’adhésion des utilisateurs. Etablir un catalogue de service a été une première étape dans la démarche », ajoute Valérie Gallot.

Lire la suite de l’article sur silicon.fr

Related Projects

Start typing and press Enter to search